Accueil Dernières minutes Dans le contexte du boom des véhicules électriques, la gestion des déchets...

Dans le contexte du boom des véhicules électriques, la gestion des déchets électroniques, y compris l’élimination des batteries, constitue un défi majeur.

0

Les déchets électroniques deviennent une préoccupation sérieuse pour l’Inde, car le rapport 2020 du Global E-Waste Monitor indique que la production de déchets électroniques du pays a été multipliée par plus de 2,5 pour atteindre 3,23 millions de tonnes métriques en six ans jusqu’en 2019.

La croissance exponentielle du secteur des technologies de l’information et de la communication a accru l’utilisation des équipements électroniques. Les consommateurs sont contraints d’abandonner les produits obsolètes en raison de l’obsolescence rapide et de la mise à niveau ultérieure des produits électroniques, ce qui entraîne l’entrée massive de déchets électroniques dans le flux des déchets solides.

Les déchets électroniques augmentent à un rythme annuel de 10 % en Inde. La majorité du recyclage des déchets électroniques a lieu dans le secteur informel, à l’aide de procédés rudimentaires et dangereux, a déclaré un expert, le Dr S Chatterjee, dans un rapport intitulé Electronic Waste and India.

Les déchets électroniques ne sont pas dangereux s’ils sont stockés dans un endroit sûr, recyclés selon des procédés scientifiques ou transférés en partie ou en totalité dans le secteur formel. Cependant, les déchets électroniques qui sont recyclés à l’aide de technologies rudimentaires peuvent être dangereux.

Les déchets électroniques sont composés de diverses substances telles que des métaux lourds, des polymères et du verre, qui sont potentiellement dangereux et nuisibles pour l’environnement et la santé humaine s’ils ne sont pas traités correctement. L’utilisation de moyens rudimentaires pour recycler les déchets électroniques dans le secteur informel peut également nuire à l’environnement.

Aujourd’hui, le secteur des véhicules électriques est en plein essor, ce qui pourrait faire peser une charge supplémentaire sur le problème des déchets électroniques.

Pour comprendre les problèmes et savoir comment les résoudre, News18 s’est entretenu avec Nitin Gupta, PDG et cofondateur d’Attero Recycling, fournisseur de solutions de gestion des déchets électroniques et de recyclage des batteries Li-ion en Inde.

Attero peut recycler les déchets électroniques et les déchets Li-Ion et fournir des matières premières essentielles pour les cellules des batteries. L'entreprise prévoit de doubler sa capacité de gestion des déchets électroniques pour atteindre 3 000 tonnes métriques d'ici à 2022.
Attero peut recycler les déchets électroniques et les déchets Li-Ion et fournir des matières premières essentielles pour les cellules des batteries. L’entreprise prévoit de doubler sa capacité de gestion des déchets électroniques pour atteindre 3 000 tonnes métriques d’ici à 2022.

Comment faire face à l’augmentation des déchets électroniques en Inde ?

Après la Chine et les États-Unis, l’Inde est le troisième plus grand producteur de déchets électroniques. Selon le rapport du Conseil central de contrôle de la pollution, l’Inde a généré 1 014 961 tonnes de déchets électroniques au cours de l’exercice 2019-2020. Ce chiffre est supérieur de 32 % à celui des déchets électroniques générés au cours de l’exercice 2018-2019.

Lire aussi:   Fly Blade va s'équiper d'un hélicoptère Airbus H125 et vise un service dans 10 États d'ici deux ans.

La manière la plus efficace de traiter les déchets électroniques est de s’assurer qu’ils sont recyclés efficacement et de manière durable. La majorité des déchets électroniques du pays sont encore collectés et traités par le secteur informel. Des mesures devront être prises pour garantir que les déchets électroniques passent par les canaux appropriés et soient recyclés correctement.

Pratiques internationales de gestion des déchets électroniques

Les politiques de gestion des déchets électroniques varient d’un pays à l’autre. En Inde, nous avons un excellent cadre. Le plus grand défi auquel nous sommes confrontés est la sensibilisation. Aujourd’hui encore, peu de gens connaissent la meilleure façon de se débarrasser des déchets électroniques.

Certains pays de l’Union européenne recyclent près de 80 % des déchets électroniques produits. En revanche, près de 90 % des déchets électroniques en Inde sont encore gérés par le secteur informel.

Règles indiennes sur les déchets électroniques

L’Inde est le seul pays d’Asie du Sud à avoir mis en place des lois spécifiques pour la gestion des déchets électroniques depuis 2011. Du transport et du stockage au recyclage des déchets, ces lois fournissent un cadre complet. Le gouvernement a également introduit le concept de responsabilité élargie du producteur (REP). Dans ce cadre, il incombe au producteur de veiller à ce que les produits en fin de vie soient collectés et recyclés. Le gouvernement assignera des objectifs spécifiques aux producteurs qui seront responsables financièrement et/ou physiquement de ces produits depuis leur vente jusqu’à leur recyclage.

Un projet de règlement RPE pour les batteries Li-Ion est également en préparation et devrait être publié prochainement. Il contribuera à rationaliser le processus et à garantir que les produits en fin de vie sont correctement recyclés. En outre, il existe un projet de règlement en cours pour l’économie circulaire. L’objectif est d’accroître l’adoption de produits recyclés. Ce règlement oblige les entreprises qui utilisent des métaux à faire en sorte qu’au moins un certain pourcentage de leurs entrées proviennent de la production recyclée.

La popularité des VE et les défis liés aux déchets électroniques

D’ici à 2030, l’Inde souhaite que les ventes de VE représentent 30 % des voitures particulières et 70 % des véhicules commerciaux. La popularité croissante des véhicules électriques et du matériel électronique grand public va multiplier les déchets électroniques et les déchets Li-Ion. La solution la plus efficace et la plus rentable pour s’attaquer aux matières dangereuses est de les recycler.

Lire aussi:   Tesla va remplacer les caméras défectueuses du système Autopilot sur plusieurs centaines de véhicules : rapport

L’Inde dispose de réserves minimales pour tous les métaux clés nécessaires à la fabrication des batteries des VE, notamment le lithium, le graphite, le cobalt et le nickel. Le recyclage des batteries des VE contribuera également à relever ce défi.

Solution pour les déchets Li-Ion

Attero peut recycler les déchets électroniques et les déchets Li-Ion et fournir des matières premières essentielles pour les cellules des batteries. L’entreprise prévoit de doubler sa capacité de gestion des déchets électroniques pour atteindre 3 000 tonnes métriques d’ici à 2022. « Dans le domaine du recyclage du Li-Ion, nous recyclons actuellement 1 000 tonnes métriques de déchets Li-Ion en Inde. Nous sommes déjà en train d’étendre cette capacité pour atteindre 11 000 tonnes métriques d’ici octobre 2022. Dans les cinq prochaines années, nous atteindrons une capacité de plus de 50 000 tonnes métriques », a déclaré le PDG de la société.

Projets futurs

Les batteries Li-Ion deviennent omniprésentes dans la nature. Plus de 100 milliards de dollars ont été investis dans l’écosystème des batteries Li-Ion du point de vue de la fabrication. « Nous avons commencé à recycler les batteries Li-Ion il y a trois ans. Nous savions que lorsque ces batteries arriveraient en fin de vie, elles constitueraient un danger écologique et qu’il faudrait les recycler de manière écologique », a déclaré M. Gupta. Une autre considération importante est que près de 50 % du coût d’un VE est le coût de la batterie. Sur ce total, au moins 35% du coût est celui des métaux qui composent cette batterie, à savoir le cobalt, le lithium, le graphite, le manganèse et le nickel. Chacun de ces métaux présente des problèmes ESG importants et des problèmes de sécurité d’approvisionnement.

Lisez toutes les dernières nouvelles, les nouvelles de dernière minute, regardez les meilleures vidéos et la télévision en direct ici.

Article précédentCette Royal Enfield Continental GT 650 modifiée est rapide et prête à courir.
Article suivantLe Canada voit « inacceptable » la présence d’un de ses diplomates à un événement organisé à l’occasion de la Journée de la Russie