Accueil Dernières minutes L'International Boric veut imiter la politique canadienne de contrôle des armes à feu

Boric veut imiter la politique canadienne de contrôle des armes à feu

0

Boric critique le Venezuela et le Nicaragua pour avoir été exclus du 9ème Sommet des Amériques

Paris, 7 Jun. (Cinktank.com) –

Le président du Chili, Gabriel Boric, a déclaré lundi qu’il avait l’intention d’imiter la politique de contrôle des armements du Canada, à l’issue d’une rencontre bilatérale avec le Premier ministre canadien Justin Trudeau à Ottawa.

« Nous avons discuté des détails de la politique de restriction des armes qui est promue au Canada depuis un certain temps, qui a donné de très bons résultats et que, au Chili, nous voulons également imiter, car il est bon de reproduire les bonnes idées dans nos pays », a déclaré Boric, comme le rapporte le journal chilien « El Mostrador ».

Ainsi, le président a précisé que  » pour qu’il n’y ait pas de doutes « . Nous allons les poursuivre (les armes) et éliminer les criminels, les trafiquants de drogue et les groupes qui pensent pouvoir progresser par la violence. Mais nous ne voulons pas non plus qu’ils soient dans la société civile ».

« C’est pourquoi nous allons bientôt présenter un projet de loi visant à interdire la possession d’armes, et personne ne doit avoir peur ici, c’est pour le bien de tous, car nous savons, ici à la frontière (avec les États-Unis), comment les sociétés finissent par s’armer jusqu’aux dents pour exercer la justice de leur propre main. Cela ne fonctionne pas », a-t-il souligné.

En ce sens, le président chilien a appelé à une amélioration de la législation internationale sur les armes, dans le but de sensibiliser au problème.

Lire aussi:   Les États-Unis sont "profondément préoccupés" par "l'escalade continue" des attaques de l'État islamique en Irak.

« Nous devons promouvoir la législation internationale. Espérons que nous pourrons faire prendre conscience au-delà de nos frontières que la possession d’armes est mauvaise pour les sociétés. Donc, si nous le faisons du Chili au Canada, avec tous les pays qui sont proches de nous, nous espérons que cela fera du bien », a souligné le président chilien.

M. Boric a expliqué qu’au cours de cette rencontre, il s’était entretenu avec M. Trudeau sur des questions économiques, dans le but d’approfondir l’accord de libre-échange que les deux nations ont signé il y a 25 ans.

BORIC : « L’EXCLUSION N’EST PAS LA VOIE ».

Le président a entamé une tournée nord-américaine au Canada dans le cadre de sa participation au IXe Sommet des Amériques à Los Angeles, aux États-Unis.

M. Boric a critiqué l’exclusion du Venezuela et du Nicaragua du sommet et a souligné que le Chili y participait « avec la conviction que ce sont les espaces de dialogue multilatéral qui nous permettront de construire de meilleures relations entre les pays, où personne ne va se sauver, mais où nous devons plutôt nous unir pour parvenir à un meilleur développement de nos nations », comme le rapporte la radio chilienne ADN.

Lire aussi:   L'Ukraine estime que 2 800 soldats russes ont été tués le deuxième jour de l'invasion

Selon lui, « l’exclusion n’est pas la voie à suivre et n’a pas fonctionné historiquement, et lorsque les États-Unis tentent d’exclure certains pays, ils ne font au final que renforcer la position qu’ils occupent chez eux. Et nous pensons que c’est une erreur ».

Il a également expliqué que la position chilienne sera présentée lors du sommet, mais « sans cesser d’élever la voix pour défendre les droits de l’homme, pour condamner les emprisonnements politiques, pour exprimer la préoccupation du Chili face à la crise migratoire, et le Chili a été l’un des pays qui a accueilli le plus de Vénézuéliens en raison de cette crise ».

La présidente chilienne a déclaré que dans ce type de réunion, les pays doivent « travailler avec une plus grande solidarité ».

Article précédentChiara Noja a remporté le Czech Ladies Challenge
Article suivantMaduro demande à Alberto Fernández de convoquer un sommet de la CELAC et d’inviter Biden.