Accueil Sport Golf Agathe Laisne : « J’étais plus stressée avant »

Agathe Laisne : « J’étais plus stressée avant »

0

La bulle autour de la ligne de coupe lors des LPGA Q-Series peut être un endroit dangereux. Agathe Laisne a commencé à ressentir cette pression au début de la deuxième semaine à Dothan. A la fin de la sixième journée, Laisne était à égalité pour la 46ème place et se trouvait à l’écart.

Elle devait se ressaisir à 36 trous de la fin et elle l’a fait. La Française a réalisé deux tours consécutifs de 69 pour terminer à -9 et à égalité pour la 22e place, gagnant ainsi sa place sur le LPGA Tour en 2022.

Agathe Laisne, déclarations

« Après neuf trous, j’étais à trois sous la normale et je me suis dit : « C’est bon.

Vous pouvez vous détendre et y aller doucement. Ne pas faire de gros… comme attaquer trop les quilles. Vas-y doucement. Et même les putts, s’ils sont vraiment rapides, essayez juste de faire un deux-putt », a déclaré Laisne à propos de son dernier tour.

« J’étais plus stressée la première semaine, je dirais. Les deux derniers jours, j’étais moins stressée et j’ai mieux joué, donc je suppose que c’est lié ». Laisne n’aura pas beaucoup de temps pour faire la fête ce soir, puisqu’elle s’envole lundi pour l’Espagne pour la dernière étape de la Q-School du Ladies European Tour.

Lire aussi:   Jannik Sinner est-il le véritable numéro 1 de sa génération ? "Je sais que je peux m'améliorer".

L’hôpital Flowers de Dothan a fourni aux joueuses et aux caddies se rendant au club La Manga des tests COVID-19 gratuits, un cadeau bienvenu pour les compétitrices comme Laisne. Avec une carte de rookie déjà en main, elle espère se remettre rapidement du Q-Series alors qu’elle attend cinq autres tours la semaine prochaine.

« Ça va être dur physiquement je pense. Mentalement aussi », a déclaré Laisne. « Il faut juste faire une remise à zéro et essayer de se détendre et de profiter et, oui. C’est tout ». Une nouvelle carrière de coach mental, aux côtés de certains des meilleurs golfeurs du monde pour les entraîner vers le succès et les soutenir dans les moments difficiles.

C’est ce que semble avoir entrepris (également au nom de l’amitié) Michael Phelps, l’athlète le plus décoré de l’histoire des Jeux olympiques. Grand amateur de golf, beaucoup le définissent aujourd’hui comme « l’arme secrète » de totems verts tels que Jon Rahm, numéro un mondial, et Jordan Spieth, le Texan qui, après une longue période de crise, revient en 2021 pour étonner.

Lire aussi:   Jon Rahm : "Cela fait mal à cause de la façon dont j'ai joué".

« C’est un bon gars, il a traversé beaucoup de choses en tant que sportif et c’est le plus grand olympien de tous les temps qui a beaucoup de tours dans sa manche. Je ne vais pas révéler ce que je lui ai demandé mais je peux dire qu’il m’a beaucoup aidé dans la dernière période.

 » Telles sont les révélations de l’Espagnol Rahm. Pour le nageur légendaire, surnommé  » le requin de Baltimore « , des mots importants sont également venus de Spieth, aujourd’hui 12 / o au classement mondial. « L’aspect mental est quelque chose sur lequel j’ai beaucoup travaillé avec lui ces derniers temps.

Je suis vraiment chanceux de l’avoir à mes côtés. En plus, c’est un grand amoureux du golf et l’avoir maintenant de plus en plus dans notre monde est une valeur ajoutée. » C’est l’avis de Spieth qui a disputé hier, aux côtés de Phelps, le Pro-Am du BMW Championship, deuxième épreuve des Play-Offs du Pga Tour qui débute aujourd’hui à Owing Mills (USA), dans le Maryland.