Accueil Dernières minutes L'International Abbas « optimiste » quant à la possibilité d’un État palestinien

Abbas « optimiste » quant à la possibilité d’un État palestinien

0

Paris :, 5 janv. (Cinktank.com) –

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a exprimé son « optimisme » quant à la possibilité de créer un État palestinien, avant de souligner qu’il continuera à œuvrer pour « mettre fin à l’occupation » par Israël.

« Malgré les conditions difficiles dans lesquelles nous vivons, je suis aujourd’hui plus optimiste quant à la création de l’État de Palestine, avec Jérusalem (Est) comme capitale », a-t-il déclaré lors d’une réunion du Conseil révolutionnaire du Fatah.

M. Abbas a souligné que Jérusalem était au centre de la cause palestinienne et a appelé à des « efforts concertés de tous jusqu’au bout » pour « mettre fin à une phase qui s’est achevée et commencer la prochaine étape, qui est plus importante », a rapporté l’agence de presse palestinienne WAFA.

Il a déclaré que la prochaine réunion du Conseil central de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) est très importante compte tenu de « la sensibilité de la période actuelle due aux pratiques israéliennes et à l’inaction internationale ».

« Depuis le début de la révolution, nous avons fait face à de nombreuses conspirations en raison de nos positions et de notre résistance aux principes nationaux et à la préservation de l’unité du mouvement et de la décision nationale palestinienne indépendante », a dénoncé Abbas, qui a souligné que le Fatah « ne permet à personne de s’immiscer dans ses affaires ».

Lire aussi:   Création d'une table ronde permanente contre "l'organisation criminelle transnationale" responsable de la tragédie du Chiapas

En revanche, il a applaudi la grève de la faim menée par le prisonnier palestinien Hisham Abu Hauash, qui a mis fin à sa protestation lundi soir après 141 jours, les autorités israéliennes ayant accepté de mettre fin à sa détention administrative le 26 février.

Les remarques d’Abbas sont intervenues près d’une semaine après sa rencontre en Israël avec le ministre israélien de la Défense, Benjamin Gantz, lors de sa première rencontre de ce type depuis 2010 et la deuxième entre les deux depuis l’inauguration en juin du nouveau gouvernement dirigé par Naftali Bennett. Gantz et le président palestinien s’étaient déjà rencontrés à Ramallah.

À l’issue de la réunion, M. Gantz a annoncé une série de mesures prises par le gouvernement israélien, dont le déblocage de 100 millions de shekels (environ 28,5 millions d’euros) de fonds collectés par Israël au nom de Ramallah pour aider à combler le déficit palestinien face à la crise économique dans les Territoires palestiniens occupés.

Lire aussi:   La France impose le port du masque aux enfants à partir de 6 ans dans les lieux publics

Il a également déclaré qu’il légaliserait le statut de 9 500 Palestiniens et étrangers vivant sans papiers en Cisjordanie et à Gaza, dont beaucoup sont venus dans les territoires pour épouser des citoyens ou des ressortissants palestiniens, bien qu’Israël ne reconnaisse pas cette unification familiale.

Des sources officielles israéliennes citées par le « Times of Israel » ont ajouté que M. Gantz a fait savoir à M. Abbas que des mesures économiques étaient envisagées, notamment une réduction des taxes sur les achats de carburant et un programme pilote permettant la livraison de marchandises en Cisjordanie par la frontière jordanienne.

Les médias israéliens ont ensuite rapporté que M. Abbas avait averti M. Gantz que toute modification du statu quo sur l’Esplanade des Mosquées entraînerait une augmentation « imparable » de la violence, suite aux récents incidents survenus dans cette zone, connue sous le nom de Mont du Temple par les Juifs.

Article précédentLe chef du parti travailliste britannique est testé positif au COVID-19 pour la deuxième fois
Article suivantLe ministre allemand des Affaires étrangères souligne l’importance du partenariat transatlantique avec les États-Unis